Beauté consciente & consommation responsable

- Categories : La parole des Yodistas

Aujourd’hui, nous sommes beaucoup plus attachés à ce que nous appliquons sur notre peau que nous ne l’étions hier. D’après une étude menée par Blissim (ancien Birchbox), près de 8 consommatrices sur 10 se sentent concernées par la beauté green. L’engouement pour la « green beauty » ne cesse de s’accélérer !

Mais alors, qu’est-ce qui se cache derrière ce terme de beauté green ?

La beauté green englobe tous les produits cosmétiques naturels, vegan, certifiés bio ou « clean beauty », une beauté aussi bonne pour la peau que pour l’environnement.

Et chez Yodi, c’est exactement notre état d’esprit ! Nous souhaitons être au plus proche de vos attentes afin de vous proposer les produits les plus adaptés à vos besoins, tout en respectant le monde de demain. Aussi, nous avons choisi de VOUS donner la parole, et d’interviewer 4 de nos Yodistas sur leur prise de conscience vers une consommation et des routines beautés plus green. 

consommation responsable

La beauté oui, mais pas n’importe laquelle 

Aujourd’hui, en tant que consommatrices, nous sommes de plus en plus informées et alertes face au produit que nous achetons : composition, actifs, ingrédients, concentration… Nous passons tout au peigne fin. 

« Pour moi, ce qui prime avant tout c’est la composition des ingrédients et les actifs présents dans un produit. J’accorde beaucoup d’importance à la concentration pour voir si le produit contient des actifs utiles ou non. Je n’aime pas avoir un produit avec un trop grand nombre d’ingrédients superflus. » introduit Aurélie, entrepreneure et fondatrice de Lets Glow Green un podcast dédié aux dernières tendances green. 

Une vigilance renforcée par une quête de sens, une volonté de savoir mais aussi un véritable souci pour notre santé. Nous sommes désormais conscients des irritations que peuvent causer certains ingrédients de synthèse contenus dans les parfums et les conservateurs, et nous lisons de plus en plus attentivement les étiquettes. Par ailleurs, de nombreux dermatologues constatent un nombre croissant de peaux sensibilisées par la pollution, le stress…

« J’ai une peau très très réactive, je dois donc faire en sorte de trouver des produits que ma peau accepte. Regarder la composition des produits, c’est pour moi une envie mais surtout un besoin pour ma peau » souligne Morgane, étudiante en école de commerce à Annecy. 

Beaucoup sont en attente de preuves et ne comptent pas se faire avoir, le consommateur devient de plus en plus expert. Deborah, ancienne blogueuse beauté reconvertie dans le marketing d’influence nous explique : « Je ne porte pas de jugement sur marques conventionnelles, mais je n’aime pas les marques qui mentent. Une marque qui se dit naturelle alors qu’elle ne l’est pas, ça me pose problème. »

Nous avons donc toutes les cartes en main, les marques de beauté doivent désormais anticiper et être proactives dans cette démarche de transparence. De plus en plus d’attention est portée à la composition des produits que nous appliquons sur notre peau et les produits sans irritants deviennent progressivement la nouvelle norme de la beauté naturelle. « Ma première préoccupation c’est de savoir ce que je mets sur ma peau. Lorsque j’étais plus jeune, j’ai connu plusieurs problèmes de peau dus à l’acné, la pollution… Et j’ai eu tendance à appliquer un peu tout et n’importe quoi dessus pour essayer de changer ça. Jusqu’au moment où je me suis rendu compte que ma peau devenait abimée à force d’accumuler les différents produits » ajoute Thomas, fondateur de Vanm, une marque de mode pour femmes éco-responsable. 

Véritable déclic… ou transition progressive ? 

Cette transition vers une beauté plus green reste propre à chacun. Voyages, expériences, reportages… Tous ces évènements sont susceptibles de jouer un rôle dans le chemin vers la prise de conscience. 

Pour certaines, la naissance d’un enfant représente un véritable déclic comme pour Déborah : « J’ai tout de suite voulu aller sur des produits plus clean pour ma fille mais aussi pour moi. Je veux lui montrer l’exemple pour que cela rentre naturellement dans ses habitudes. » ou Aurélie : « Je me suis rendu compte qu’il y avait pas mal de choses qui n’étaient pas forcément bonnes pour le bébé. Et j’ai extrapolé progressivement cela à mon mode de vie : ce que je ne fais pas pour mon enfant je ne le fais pas pour moi non plus. »

consommation responsable 2

Pour d’autres, la prise de conscience se fait par étapes, de manière progressive : « C’est assez récent :  il y a 1 an, une copine m’a parlé d’une application pour scanner les produits et voir s’ils sont bons (INCI beauty). En voyant le score de mes produits au fur et à mesure, j’ai pris peur et depuis, j’ai décidé de trouver des marques clean sans perturbateurs endocriniens, sulfates… » nous explique Morgane. 

Pour Thomas, cela s’est également fait petit à petit : « Durant ma jeunesse, j’ai développé une vraie sensibilité à l’environnement. Tout ceci s’est progressivement développé et c’est ainsi que j’ai lancé mon projet en mettant en lien nature, biodiversité et mode. C’est tout un processus d’apprentissage qui a mûri au fur et à mesure. »

Changer sa routine beauté… Mais pas que !  

En Europe, nous sommes près de 25% à déclarer vouloir adopter un mode de vie plus durable, en consommant moins mais mieux. Prendre soin de soi aujourd’hui tout en prenant soin du monde de demain. Comment cela se traduit-il au quotidien ? 

Dans l’univers cosmétique, cette prise de conscience est double : consommer des produits naturels plus respectueux de l’environnement mais également des produits qui nous font du bien. Comprendre sa peau, ses besoins, pour trouver une routine beauté adaptée. « J’ai toujours utilisé des produits au hasard mais maintenant, je fais attention. Avant, je n’avais pas de routine vraiment pour la peau, mais depuis 1 an j’essaie de bien me démaquiller, de me laver le visage matin et soir et de mettre de la crème. » raconte Morgane. 

Et Morgane n’est pas la seule à voir changer sa routine beauté. Déborah a elle aussi mis en place au fur et à mesure de nouveaux gestes, de nouvelles habitudes : « Un jour en tant que bloggeuse, j’ai essayé le démaquillage à l’huile et ma peau était super donc j’ai décidé d’adopter ce geste. Objectivement, nettoyer ma peau après m’être démaquillée, je le fais systématiquement. Puis j’ajoute un sérum très hydratant et une crème de nuit. C’est une vraie routine que je suis incapable d’arrêter parce que je vois les résultats et ma peau est super belle et radieuse. »

Cette prise de conscience vers une consommation plus green ne touche pas uniquement la beauté, loin de là. Très souvent, ces changements touchent également notre alimentation. Et oui, ce que l’on applique sur sa peau est aussi important que ce que l’on mange ! C’est d’ailleurs parfois même un changement dans nos habitudes alimentaires qui s’étend ensuite à nos cosmétiques. « Première étape : l’alimentation car je me suis rendu compte que je digérais beaucoup moins bien certains aliments et j’ai donc commencé à faire attention, à arrêter de manger de la viande, des produits laitiers…Cela s’est ensuite élargi aux produits cosmétiques : crème solaire, crème, shampoing. » nous décrit Aurélie. 

Comment devenir un consommateur responsable ?

Contrairement à ce que l’on pourrait penser, adopter une consommation responsable n’est pas forcément plus facile à dire qu’à faire. 

Et puisque tout grand changement débute par des petits gestes, il est possible de réduire son impact environnemental sans, pour autant, bouleverser complètement nos habitudes. « Je n’utilise plus de sacs plastiques pour les courses, j’évite au maximum d’utiliser des bouteilles d’eau, je trie mes déchets, je n’imprime plus de papier… Pleins de petits gestes futiles mais qui sont très utiles » explique Thomas.

consommation responsable 3

Voici nos conseils si vous souhaitez adopter une consommation plus responsable : 

-consommer local : consommer des produits locaux et de saison, près de chez soi favorise l’emploi des artisans locaux tout en limitant le transport de marchandises. 

-choisir les produits sans emballage ou avec un emballage recyclable : en achetant des produits en vrac ou à la coupe, vous achetez uniquement ce dont vous avez besoin. Pour les produits liquides, laitages et autres, choisissez plutôt des emballages en verre. Et surtout, évitez le double emballage.

-privilégier les déplacements à pied, en vélo ou bien en transports en commun

-apprendre à mieux gérer vos produits : faire le tri dans vos déchets, et dans la mesure du possible, essayez de donner une seconde vie à vos produits. Par exemple, plutôt que de se débarrasser d’un équipement électronique défaillant, vous pouvez le confier à des associations qui se chargeront de le reconditionner. Pour le textile, de nombreuses plateformes comme Vinted sont désormais mises en place pour nous permettre de donner une seconde vie à nos vêtements.

C’est un nouveau rythme qui se met en place progressivement, afin de consommer moins mais mieux. « Je ne peux pas dire que je suis végétarienne, que je fais attention et acheter du des produits non respectueux de la planète, et du monde de demain. » conclut Aurélie « C’est l’accumulation de tous ces petits gestes qui pour moi est très importante, toujours dans cette idée de consommer intelligemment. » 

Qu’attendre des marques green ? 

L’engagement

Aujourd’hui nous sommes à la recherche de l’engagement. Et ce, de A à Z : depuis le concept du produit jusqu’au sourcing et tracing des ingrédients. « Pour moi une marque de beauté aujourd’hui doit impérativement avoir une formulation clean, des ingrédients et des actifs naturels, faire attention à leur concentration. Surtout la traçabillité est capitale, et avoir des fondateurs passionnés, qui sourcent bien pour avoir un produit « sustainable » explique Aurélie. « Faire un produit aujourd’hui, c’est faire un produit bon pour demain en tenant compte de son empreinte environnementale.  Une marque ne sera pas si elle n’est pas green et responsable ». C’est tout l’enjeu du développement durable aujourd’hui : répondre à nos besoins aujourd’hui sans compromettre la capacité des générations futures à répondre aux leurs. 

Nous demandons de la transparence. Les applications de décryptage INCI sont devenues une véritable bête noire pour les marques de beauté. Selon Morgane, « Pour moi, une marque green doit montrer ouvertement la composition des produits sans rien cacher. C’est tout l’enjeu de la transparence avec un vrai engagement, de vraies preuves et non pas du « green washing » comme beaucoup font. »

Un packaging recyclable

Cet engament passe non seulement par la composition des produits mais également de leur packaging.

Nos ressources devenant de plus en plus limitées, le gaspillage ainsi que l’augmentation du nombre de déchets sont très mal vus. Aussi, les modes de vie zéro déchets ont le vent en poupe. 

Recyclage, upcyling, cosmétique solide, ingrédients biodégradables… La demande des consommateurs ne cesse de croître. « Je suis profondément gênée par une marque avec une super composition et formulation mais qui utilise un contenant en plastique et non recyclable. Tout est dans la démarche de cohérence. Il faut prendre soin de nous tout en prenant soin de la planète » ajoute Déborah. 

La transparence

Pour que la démarche des marques soit le plus sincère et crédible possible, la communication doit, elle aussi, être claire et transparente : « Ce que j’aime chez une marque, c’est son véritable engagement, sa transparence » souligne Thomas. « Une communication claire pour savoir de A à Z ce qu’il se passe. Un vrai engagement derrière les portes de l’entreprise pas juste pour la mode et la tendance. Un vrai fond d’écologie, une philosophie d’entreprise, et non pas juste une belle image. »

Spontanéité, fraîcheur, dynamisme : un cocktail parfait pour attirer l’œil du consommateur : « Je fais très attention à l’état d’esprit de la marque et son environnement. C’est un peu comme un couple, la marque doit matcher avec mon mode de consommation. J’ai besoin d’adhérer à l’éthique de la marque, à sa philosophie » insiste Aurélie. 

Une marque éco-responsable doit désormais : 

-proposer des formules avec des ingrédients identifiés comme sains et bons par le consommateur,

-être transparente sur les formules,

-privilégier des processus de fabrication les plus respectueux de l’environnement possible,

-avoir un impact positif sur l’environnement.

Leur avis sur Yodi 

shampoing_poudre_yodi

L’innovation des produits YODI est d’avoir réussi à formuler des produits sans eau. L’absence d’eau préserve les qualités natives des actifs ou de formulation cosmétiques à la fois durant leur production et leur transport. Nos produits sont donc sans conservateurs.

« L’idée de ne pas utiliser l’eau dans le produit lui-même mais plutôt l’eau qu’on utilise nous même sous la douche, j’adore ! Et ce qui est sympa c’est le côté ludique de passer de la poudre au lait nettoyant. C’est un plaisir de découvrir des innovations comme celle-ci. » souligne Thomas. « J’aime l’idée de faire du bien à sa peau tout en faisant du bien à la planète. »

Chez Yodi, nous privilégions l’efficacité et la qualité. Notre objectif est de proposer des produits conçus avec le moins de plastique possible et soutenir le mouvement zéro déchet. « L’innovation de la poudre est top, les contenants sont géniaux !   Le principe des capsules consignées et du flacon en aluminium recyclable c’est super. » déclare Deborah. 

Et oui, nous avons choisi d’utiliser des flacons en aluminium, recyclable à l’infini, des capsules en PP (filière recyclable) et des étiquettes en cellulose de bois. « Ce que j’aime surtout c’est tout le travail autour de l’éthique, de l’engagement, de l’eco conception et de la traçabilité. Le packaging est travaillé, il y a peu de plastique. C’est très important aujourd’hui et ça le sera encore plus demain. » affirme Aurélie.

Chaque actif a été tracé et sourcé. Tous les ingrédients de nos produits sont indiqués sur le devant des flacons. « J’adore le côté 100% green et transparent. Je trouve ça vraiment super de pouvoir savoir précisément quels sont les ingrédients présents dans les produits, combien il y en a. Connaître réellement la composition du produit » conclut Morgane. « Il y a un vrai travail à la fois sur la composition et sur le concept. »

La beauté consciente 

Réinventer la consommation de la beauté, à travers des produits innovants, efficaces et naturels et engagés. Prendre soin de soi en prenant aussi soin des autres. Consommer des produits de beauté tout en favorisant la protection de l’environnement. Voici notre vision de la beauté consciente chez Yodi. Pourtant, sous ces deux mots, se cachent de multiples interprétations : 

« Une beauté qui fait des produits bons pour aujourd’hui mais aussi pour demain et pour les générations futures. La question est de savoir : Demain quel sera mon impact sur l’environnement et sur la planète ? Savoir quel produit j’ai entre les mains. » décrit Aurélie. 

Pour Morgane il s’agit de « des produits avec une bonne composition et surtout respectueux du corps., des marques qui ne font pas de « green washing », qui ont un vrai engagement éco-responsable. »

Alors que Thomas nous explique : « Pour moi, c’est avant tout une prise de conscience tant pour le consommateur que pour les marques Pour le consommateur, il s’agit de savoir ce qu’on met sur la peau, ce que l’on utilise. Pour la marque, c’est l’enjeu de la transparence, expliquer ce qu’il y a dans la composition du produit mais aussi ce qu’il y a derrière les produits : l’engagement, les valeurs et la vision de la marque. »

Déborah elle, préfère parler de « beauté en conscience, comme si on intellectualisait le rituel beauté pour se faire plaisir. »

Une formulation clean, un packaging eco-conçu, transparence et engagement : voici les maîtres mots des marques green de demain.

Share this content